Archives mensuelles : février 2013

Insomnie #5

Un rideau froid et rouge tombe sur mes épaules. Une lourde étoffe sanglée à ma pupille. Un voile qui couvre cette faim, immense et souveraine, qui est massée dans mes viscères. Dehors, c’est l’aube heureuse et vacillante, l’aube agitée et … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Insomnie #4

Une nuit semblable, blessé d’un même désir sans geste et sans voix, soulignera ta présence par une bordure d’ombre bleue. L’heure sera passée et tu seras là, contre ta fenêtre à imprimer des mensonges pour remplir le jour. Dehors, il … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Brouillon #1 – Hervé Hément

« Répétées, les ruines lancent sur le ciel d’absurdes pointes de guerre. La ville, hier, fut frappée en plein effondrement ; de graves visages de terre bleuissaient dans la nuit et ouvraient dans les artères le blanc des feux d’aigreurs. Je suis … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

[…)

« Je ne supporte plus cette lumière. Je ne supporte plus votre sourire. Je ne supporte plus votre présence et vos rires lorsque je me retourne vers le fond de la pièce. Je ne supporte plus rien de ce qui vient … Lire la suite

Publié dans Prose, Théâtre | 2 commentaires

Carnet #2 – Hervé Hément

« Gangue de lumineuse de bois éclaté ; le matin se repose sur le bord délavé du chevet et un espace immense de clarté furieuse ouvre dans la pièce un gouffre. J’imagine que je devrais ouvrir la fenêtre. Mon corps ne … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Note [Reste] #1

Les sans-voix règneront ici sur la pierre. Il faudra attendre qu’ils se soient étouffés. Quelque part quelqu’un finira par tomber, laissera où il est sa trace, s’enfoncera dans la terre, troublera son regard à notre vue et attendra, avec patience, que … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Extrait de « Ombologie – Essai d’embryologie macro-spéculaire de l’ombre et de ses obsessions » par Martin Tamarre

[…] Dans la troisième section du Sunlarigarda, Sine’ad wa-Reu écrivait, alors que nous n’étions qu’à l’aube lointaine de ce que nous nommons aujourd’hui « sciences différentielles » que « l’Esprit Gardien des Efforts offrirait douze singes à manger et huit belettes à boire … Lire la suite

Publié dans Délirium | Laisser un commentaire