Sculpture #1

Anish Kapoor - MonumentaC’est ce qu’il y a de vide qui compte, c’est l’air qui s’y trouve, qui s’y déploie, qui étouffe ce poumon d’étoffe, de stries, de rouges divers posés en frontière sur les frontières du monde, ou de cet espace noyé par la rondeur, plongé entier dans une plaie saignante, comme en un globule creux, évidé, sans substance ou bien uniquement produit de sa propre matière, à la fois cœur et corps, corps et monde, univers plié au-dedans de soi et au sein duquel on rentre, que l’on bafoue ou que l’on complète, au centre duquel l’on devient le cœur du cœur du vide, au milieu duquel on est soi-même rougeur, soi-même globule, lieu de la frontière, poupée russe et monument, à l’âme duquel on se tait, parce que l’on finit par être trop entièrement rouge, trop entièrement sang, trop entièrement plaie pour dire encore quelque chose.

C’est ce qu’il y a de plein qui compte, c’est la couleur qui y devient, comme n’importe quelle autre chair, palpable, tangible, vivante et rouge, toujours rouge, uniquement rouge et que l’on peut embrasser comme un ventre, que l’on peut aspirer comme une pulpe liquide et qui est si entièrement emplie, chargée de lumière, gagnée de partout par de la matière, par cet invraisemblable souffle de terre, de glaise, que l’on appelle forme, que l’on pourrait y mourir écrasé, fossilisé pour des siècles, à la manière de l’ambre et qu’il y faudrait attendre longtemps, à jamais peut-être, avant d’être autre chose qu’une forme dans la forme et de pouvoir dire d’où l’on revient, d’où l’on est revenu, d’où l’on a presque pas pu revenir.

Publicités
Cet article a été publié dans Autre, Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s