De la plaine

Ma mer dit des choses libres

avec des cornes de brume

ou de l’écume en bribe

posée sur les toits

 

et si loin qu’on pense à soi

si loin qu’est la mer même

c’est de la peine

qui couvre les eaux

 

et les plaines vagues ont l’idée d’ici

d’ici où la mer dit des choses

d’où elle vague aussi

ainsi que la nuit

 

la rade écume

et pense à la mer

 

Et si loin qu’on y pense

on l’avorte

en ailleurs des plaines

ainsi que soi-même

laissé entre deux eaux

Publicités
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s