(Manifeste) Fantôgraphie n°3 – Martin Tamare

paul-klee-eros

Console-toi peut-être de tes empires fades, de tes absences souveraines et des morceaux de lumière que tu abandonnes derrière toi. Console-toi de demain qu’il faut laisser faire et de la nuit, fuyante entre tes doigts. Cette nuit d’où tu balbuties tes blancs soucis, toutes les apories creusées dans nos ombres communes et où il ne faut pas se perdre, et où rien ne peut être trouvé. Il faudrait écrire une philosophie de chemin de fer qui puisse décrire, ou nommer, ou saisir, ou dessaisir, faire tomber ou enfouir les ruines de nos regards, les fantômes qui reposent, comme en un cimetière, sur les fenêtres des trains à l’arrêt. Une littérature d’agonisant, c’est-à-dire de lutteur. Se consoler de l’urgence des départs et du sentiment d’avoir oublié quelque chose derrière soi. Tous nos souffles de demi-morts, de moitié de vivants, toute notre écorce d’os, de chair, toute notre matière donnée en échange du sentiment d’avoir dit quelque chose.

Il faut faire la liste des fantômes, l’inventaire des inclassées, des innommées, de ce que je délaisse et donc de ce que je libère. Il y a, à une certaine distance des choses, la possibilité de faire époque, c’est-à-dire de soulever, ou plutôt de suspendre l’état du monde sous notre regard. Sinon, je suis comme dans un double aveuglement : incapable de détourer mes fantômes, je me rends aussi incapable de m’éprouver comme fantôme, de me saisir comme quelque chose de potentiellement absent.

Martin Tamare, Fantôgraphie, « Fantôgraphie n°3 »

Publicités
Cet article a été publié dans Projet, Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s