Feuilles

20170616_161140 (2)

 

un jour j’écrirai sur les feuilles d’acanthe et de marronnier

l’air si vert de la fin des jours d’été les yeux demi-ouvert

des endormies

 

ce jour nous ferons comme si nous étions les seuls à voir ainsi

et tout sera pardonné

et la tristesse et l’ennui et le secret ramassé des corps joints

par l’aube et le souvenir des anciennes nuits

 

ce jour viendra bientôt et j’aurai peur d’avoir vécu si peu

si peu pour dire le soleil tailladé par les branches

si peu pour dire l’ivresse et les bouches blanches

si peu mon long sommeil sous ce ciel tombé

entre les feuilles d’acanthe et de marronnier

Publicités
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s