Insomnie #22

20170723_215824 (3)

le matin viendra sur ta vieillesse
nouvelle
il est trois heures juste assez pour
aimer peu

ton désir n’est rien dors demain
tu étancheras enfin
la grande soif ta jeunesse
ancienne

embrasse une dernière fois les embrassées
de ta mémoire
ris de ce dont tu as renoncé aime juste
assez pour n’aimer rien

il n’y a plus de guerre à gagner
ni rien
dors voici le temps venu
pas de craintes

Publicités
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s