La danse

20180504_211134 (3)

Oh l’amour va les bras dansants
Rue de l’Ile d’Or et dans le sang
L’ivresse ou la joie des nuits toilées
Gethsémani tombe pour l’été
« Reste ici, reste ici, reste ici »
Chaque pluie est ici
Comme la dernière
Les caniveaux portent
L’amitié comme une bière
Soleil et terre retournée
Mi-heureux mi-mort
Épuisé d’avoir vécu
Nous courions à l’Ile d’Or
Contre les murs où l’on
S’endort d’avoir trop bu
Oh mes amours secrètes
Le corps souvent décrète
Des lois qui disent
Ce qui est tu
Qui es-tu ombre discrète ?
Voix soufflée à l’avenue
Je t’embrasse tu es venue
« Mais qui es-tu ? »
Mon désir force crépusculaire
La porte d’or la porte cochère
Ce soir où nous avions descendu
Où tu vas et où tu dors
La rue entière rue de l’Ile d’Or

Publicités
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s