Héloïse – p. 54 – Le carrefour

40537137_10212423596811608_190452864382926848_n.jpg

Au milieu du carrefour celui qui voit tout reçoit vers deux heures
les visites. On s’approche, on regarde, on hésite.
Trois hommes se demandent successivement l’heure,
mais le temps passe trop vite pour être justement donné.
(qu’il est facile de perdre ce que l’on nous a offert)
Un enfant lit à voix haute une affiche à l’envers,
« sǝןɔıʇɹɐ sǝן snoʇ ɹns ǝpןoS », prophète sous le néon
d’un magasin fermé.

Publicités
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s