Bandeau

Pour jouer, tu me flanqueras dehors, un bandeau sur les yeux. Tu me regarderas. Je me tiendrais, immobile et grave, sur le pas de la porte, et je ne ferais rien. Nous jouerons à mourir et tu ne diras pas ta peur que je tombe en avant. Je pourrais tomber. Briser mon cou sera soudain possible – et tu y penseras, frôleras la poignée, et tu t’avanceras. Je te sens, avancer, déjà, dans mon dos nu, toi, un couteau pareil à la fumée d’un feu de joie. Puis je me glisserais dans l’ajour du foulard que ma vue grattera – serpent timide entre les broderies. Échappé par les yeux, je te disparaitrais – tu le reconnaîtras.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s