Sylvia H.

troisième hypothèse – le plagiat

ce soir vers dix-sept heures
je t’apprends ce que tu sais déjà

(et tu pleures)

consciencieusement tu recopiais
pour me répondre un livre

que tu croyais caché
et qui ne l’était pas

je t’explique pourquoi
recopier un livre n’est pas

(et tu pleures)

ce que de toi j’espérais

(et tu pleures)

je ne peux pas te dire
qu’il ne faut pas pleurer

mais je suis déchiré
par tes larmes timides

dissimulées comme un livre
que l’on veut recopier

je te dis que comprendre
ce n’est pas accepter

(et tu pleures)

je te donne un travail
pour racheter la faute

(et tu pleures)

et tout mon cours tu pleures
secrètement malgré tout

impossible de te dire
que d’ici je vois tout

je fais toute l’heure suivante
un certain lot de blagues

destinées à tout le monde
mais à toi spécialement

(je ne peux pas le dire)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s