Comptine

Onze heures. Huit ans.
Assez tôt pour réciter
la poésie de Prévert
apprise par cœur
avant-hier, yeux fermés.

L’amarre larguée je vais
encore fermer les yeux
pour raconter l’histoire.

Me souvenir c’est :

tirer de ma mémoire
le dessin que j’ai fait
à gauche dans le cahier

regarder dans ma tête
les lignes d’encre noire
les sauts et les tirets

faire avec mes doigts
un petit signe discret
pour compter les syllabes

bouger mes lèvres avant
qu’ait commencé le mot
que je prononcerai

coller mes bras le long
de mon corps
comme on porte un corset

faire avec ma voix
de petites vagues pointues
ne s’arrêter jamais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s