Nakamura Kozue – Quinzième Carbone

ce qu’ils font c’est chercher de nouvelles manières
de nous déchirer le ventre

mais nous
nous avons le ventre ouvert
depuis mille ans déjà

ils l’ignorent et continuent
sont-ils fous
sont-ils fous de penser que nous ne bougeons pas
que nous nous laissons faire
dépecer vivantes durant un millénaire

comme si nous n’avions rien de mieux à faire que
perdre nos viscères
dans les rues de leurs villes incendiées

sont-ils fous
de croire ce que nous avons choisi c’est
de ne plus jamais nous recoudre

de ne plus jamais nous recoudre et laisser
ouverte la porte de notre ventre entier

car la peau étalée dévore le couteau qui tranche
comme l’écume dévore le gravier

sont-ils fous
d’aiguiser les lames pour dévorer nos viscères
nous qui sommes semblables au ciel
que des enfants croient crever
à coup de légères pierres

la pluie de nos poumons inonde
l’étal de ces bouchers

dans la guerre nous passons
de plaines en plaines comme des ombres
écorchées vives comme des ombres

il suffit d’aller où
couvre l’orage de nos torses déployés

sont-ils fous
de croire que nous aimons mourir
quand ce sont eux qui aiment se tuer

nous sommes le dos d’une armée
que la tempête vient calmer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s