L’enfant bousculé

Ma vie a commencé sans me tenir au courant. Mais puisque je ne dors pas, je peux encore prier. Moi qui ne crois pas plus en Dieu qu’au pouvoir des idées. Je cherche le point exact où ma vie débutait, il y a trois décennies, m’agenouillant d’un coup au milieu des pensées, froissants les pétales d’un champ d’agitations, pour cueillir je-ne-sais-quoi à propos du destin. C’est comme si je ne frappais plus au milieu d’un combat, comme si je me reposais de cette immense fatigue que j’ai fait mienne un jour sans même savoir pourquoi.

Ma vie ne m’attend pas quand je m’arrête ainsi. Elle continue sa marche obstinée d’orages fous. Elle frappe dans ses mains dans un rythme régulier. Avance n’importe comment comme l’enfant bousculé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s