Le nécessaire

Le nécessaire se déplie lentement
d’une main tremblante, la première fois.

Sous le dé l’ongle sent l’amidon
et le vernis du bois.

Flsshhh font sur l’étoffe les doigts
brûlés en ridant la couture.

Blessures après blessures se fait
la piqûre du point glissé
et l’accroc dans le drap.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s